Le monde de la finance est-il forcément froid et implacable ? Ou peut-il se mettre au service d’une éthique et des valeurs sociales et environnementales qui préoccupent aujourd’hui les Français ? Depuis plus de 10 ans, le fonds d’investissement Citizen Capital démontre qu’il est possible pour les investisseurs de coupler un rendement financier ambitieux et impact tangible. Il est devenu l’an dernier “société à mission”. Il entend bien faire en sorte “que 100% des entreprises qu’il accompagne deviennent des sociétés à mission“.

Sa présidente, Laurence Méhaignerie, explique dans notre interview qu’il n’a jamais été facile d’attirer les investisseurs classiques vers l’investissement à impact. Leur contribution est pourtant essentielle à la transition des modèles économiques. Mais tous les espoirs sont permis. Elle nous dit que “les plus belles entreprises du 21e siècle sont celles qui vont avoir un impact social et environnemental majeur“. Ce sont évidemment dans celles-ci il faut investir. Quant aux autres, “celles qui n’ont pas une vision claire de leur contribution à la société, elles ne créent pas de valeur stratégique“. Autant s’en détourner.

Laurence Méhaignerie affiche aussi son optimisme devant l’évolution du marché. “Aujourd’hui, tout le monde veut avoir un impact, c’est très positif et cela n’existait pas il y a dix ans“. Et ne cache pas quelques surprises, parfois, devant les dossiers des entreprises à financer : “Nous voyons des projets à impact extraordinaires, mais qui ne portent pas de vision : ce sont les Monsieur Jourdain de l’impact“, s’amuse-t-elle. Non sans souligner le risque de voir alors l’impact se déliter.

Bienvenue dans “Entreprises En Mission”, le podcast de Prophil et Mediatico qui interroge l’engagement des entreprises et la sincérité de leurs dirigeants (…)

Vous aimez cet épisode ? Abonnez-vous à notre podcast :

https://podcast.ausha.co/entreprises-en-mission

Partagez cet article