Sonia Ben Ali a eu le déclic au cours d’un échange universitaire en Colombie. A force d’entendre parler de la douleur de l’exil et du déracinement, quelque chose a résonné en moi“, confie-t-elle à la caméra de Mediatico. Son engagement auprès des personnes déplacées à cause du conflit armé la ramène à sa propre histoire : son père, lui aussi, avait quitté très jeune la Tunisie. Sonia s’engage rapidement auprès des réfugiés. Et cela, dans différents pays. Mais, peu à peu, le travail de terrain des ONG lui parait inadapté : “Au lieu de faire ”pour”, il faut faire ”avec” et redonner une place aux solutions que les réfugiés développent eux-mêmes“, affirme-t-elle. En 2012, c’est décidé : Sonia Ben Ali co-fonde l’ONG Urban Refugees avec David Delvalle.

“Le système humanitaire commence à prendre conscience de la nature urbaine des déplacements forcés de populations”, développe-t-elle. En effet : la majorité des réfugiés ne vivent pas dans les camps, mais dans les villes. Ils nourrissent l’espoir de se reconstruire par eux-mêmes, de ne surtout pas devenir “des assistés”. Pour Sonia, il ne faut pas inventer des solutions pour les réfugiés mais soutenir leurs initiatives. Exemple, à Kuala Lumpur : une dizaine d’Afghans se sont réunis pour permettre à leurs enfants d’avoir accès à l’éducation. Au sein de leur communauté, ils ont cherché des personnes ayant les compétences requises. Puis se sont cotisés pour louer un local, offrant ainsi à leurs enfants un accès à la connaissance. “Pour nous, c’est là le futur des réponses humanitaires”, affirme Sonia Ben Ali, qui fait désormais partie des Fellows Ashoka au sein de ce réseau international d’entrepreneurs sociaux.

Partagez cet article