« Pas assez de logements CROUS », « un parc privé extrêmement cher et violent »... La recherche d'un logement étudiant en Île-de-France ressemble très vite à un parcours du combattant. « Pour espérer avoir une chambre en cité universitaire, il faut soit être boursier échelon 6 ou 7, soit avoir un très bon dossier scolaire. A défaut, il faudra payer très cher ou accepter un logement éloigné du lieu d’études, ou encore en mauvais état », déplore Yvan Demonthon, responsable Île-de-France au sein de l'association l’ACLEF.

En réponse à cette situation inégalitaire, l’Association de Coopération pour le Logement des Étudiants de France (ACLEF) a développé le dispositif CoopColoc : une solution de logement étudiant qui fait le lien entre les bailleurs sociaux et les . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !