« Pas assez de logements CROUS », « un parc privé extrêmement cher et violent »… La recherche d’un logement étudiant en Île-de-France ressemble très vite à un parcours du combattant. « Pour espérer avoir une chambre en cité universitaire, il faut soit être boursier échelon 6 ou 7, soit avoir un très bon dossier scolaire. A défaut, il faudra payer très cher ou accepter un logement éloigné du lieu d’études, ou encore en mauvais état », déplore Yvan Demonthon, responsable Île-de-France au sein de l’association l’ACLEF.

En réponse à cette situation inégalitaire, l’Association de Coopération pour le Logement des Étudiants de France (ACLEF) a développé le dispositif CoopColoc : une solution de logement étudiant qui fait le lien entre les bailleurs sociaux et les étudiants. Le principe est simple : l’association loue de grands logements à des bailleurs sociaux et les sous-loue à plusieurs étudiants sous la forme de colocations. CoopColoc permet aussi de meubler les appartements et d’assurer la gestion locative. « Nous accompagnons les étudiants dans la vie de leur logement au quotidien », résume Yvan Demonthon.

« Nous avons commencé avec 3 logements, nous en comptons 110 aujourd’hui »

La colocation répond ainsi à deux problématiques. Financière d’une part, puisqu’elle permet à des étudiants de se loger à des loyers abordables. Inclusive d’autre part, puisque la colocation permet de lutter contre l’isolement. En effet, il est souvent difficile de s’intégrer rapidement lorsque l’on vient de province et que l’on “monte à Paris” pour faire ses études. « Le cadre de colocation permet de vivre ensemble, de rencontrer d’autres personnes et de ne pas se sentir perdu », indique-t-il.

Depuis sa création, CoopColoc a permis à 400 étudiants d’avoir accès au logement pour des études ou un stage de fin d’étude. « Nous avons commencé en 2014 avec 3 logements, aujourd’hui nous en comptons 110 dans la région parisienne », se rappelle Yvan Demonthon. Le projet orchestré par l’ACLEF a d’ailleurs remporté l’un des Trophées de l’économie sociale et solidaire de la Ville de Paris en 2020, assorti d’un soutien financier de 10.000 euros.

Une reconnaissance qui permettra à CoopColoc de développer son activité en partenariat avec les bailleurs sociaux parisiens, mais aussi dans de nouvelles villes universitaires. Depuis 2020, l’association a en effet commencé à développer son dispositif à Bordeaux, la cinquième plus grande ville étudiante de France.

Partagez cet article