Vous vous rappelez des concierges ? Voici Lulu dans ma rue, un petit réseau de conciergeries de quartier à Paris et à Clichy, qui n’apportent plus forcément le courrier au 6e étage mais qui créent surtout du lien social et de l’emploi de proximité. Le principe ? “Nous identifions des talents dans le quartier, que nous mettons en contact avec des clients voisins qui ont des petits besoins : du bricolage, du ménage, de la couture“, explique Emma Virey, co-fondatrice de Lulu dans ma rue. Dans les conciergeries de quartier, les habitants peuvent donc facilement trouver des “Lulus”, disponibles pour des petits travaux du quotidien. 

Chez Lulu dans ma rue, l’objectif est double : créer de l’activité économique locale d’une part, et redynamiser la vie de quartier d’autre part. Pour ce faire, chaque jour, elle met en relation les “Lulus”, à qui il confie du travail, avec des riverains en quête d’un coup de main. Les services sont accessibles sur leur site internet, sur leur application mobile, par téléphone… ou directement en kiosques. Car oui, Lulu dans ma rue s’est installé dans quelques anciens kiosques à journaux parisiens !

Chaque service est facturé entre 10€ et 40€ de l’heure, et 80% de ces prestations du quotidien permettent de bénéficier d’un crédit d’impôt, à hauteur de 50% du prix de la prestation.

Favoriser l’insertion économique par le travail indépendant

Qui sont les “Lulus” ? Ils peuvent être aussi bien salariés en entreprise que chômeurs de longue durée, ou encore des personnes percevant des retraites insuffisantes pour boucler les fins de mois. Depuis qu’elle est au chômage, Murielle est ainsi “Lulu ménage” dans le quartier Gambetta. Fabrice, lui, est un “Lulu bricolage” en plus de son emploi. “Je suis photographe, et sur mes temps libres, je fais du Lulu” confie-t-il. “C’est un complément de revenu et peut-être un alibi pour entrer en contact avec les gens”.

Depuis sa création en 2015, l’entreprise a bien évolué. Aujourd’hui, Lulu dans ma rue compte 9 kiosques à Paris, un poste à Clichy. Elle peut compter sur près de 800 Lulus, ce qui fait d’elle l’une des premières entreprises d’insertion par le travail indépendant (EITI). En parallèle, Lulu dans ma rue travaille aussi avec la Ville de Paris, qui lui a confié plusieurs kiosques inoccupés, afin d’accompagner les personnes éloignées de l’emploi dans leur reconversion et leur accompagnement social.

Partagez cet article