Le gouvernement veut raboter l’avantage fiscal accordé au mécénat ? Sylvain Reymond s’alarme : « Nous allons vers un crash de l’intérêt général ! », affirme le directeur général de Pro Bono Lab, l’association qui porte le mécénat de compétences et promeut toutes les formes d’engagement des entreprises pour le bien public. A la tête d’un écosystème qui réunit 5.000 volontaires, 500 structures accompagnées et 90 entreprises partenaires, Sylvain Reymond l’affirme dans cette interview vidéo : la remise en question du mécénat est « une fragilisation supplémentaire, au moment où la société a besoin de liants ».

Selon lui, le pays a plus que jamais besoin de son tissu associatif et de l’effet de levier du mécénat, en particulier à l’échelle des territoires « qui sont souvent les grands exclus  », souligne-t-il. Souvent, l’engagement à l’échelle locale est d’ailleurs plus ancré qu’on ne le croit. Même s’il ne dit pas son nom : à Toulouse, où Pro Bono Lab ouvre un bureau, de nombreux chefs d’entreprise pratiquent le mécénat de compétence depuis longtemps sans le savoir, explique encore Sylvain Reymond dans cette interview. « Tous les vendredis, ils envoient leurs collaborateurs mener des actions solidaires sur le Canal du Midi. Pourtant, ils m’affirment qu’ils ne font pas de pro bono » !