Entry Cover Image
Partagez cet article

Les appels à la mobilisation ne faiblissent pas, bien au contraire. A coups de manifestations, d’appels, de tribunes et de mobilisations en tous genres, la société civile s’élève contre la loi immigration votée le 19 décembre dernier avec les voix du Rassemblement national.

Ce week-end, à Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Hendaye, La Rochelle… plusieurs milliers de personnes ont manifesté à l’appel de grandes associations, comme la Ligue des Droits de l’Homme (LDH), appelant le Président de la République à ne pas promulguer cette loi, déjà renommée « loi anti-immigration ». La LDH invite notamment à multiplier les actions de solidarité, à faire oeuvre de désobéissance civile, à combattre le racisme et la xénophobie, et à défendre une politique migratoire d’accueil et de solidarité.

Maintenir les aides de l’Etat sans distinction de nationalité

Parallèlement, la Fédération des Acteurs de la Solidarité (FAS), qui regroupe nombre d’associations de lutte contre la pauvreté, a interpelé le nouveau Premier Ministre, Gabriel Attal, dans une lettre ouverte (lire ici). La FAS y exprime ses inquiétudes quant aux conséquences de la loi immigration sur les personnes en situation de précarité, mais aussi sur les intervenants salariés, bénévoles ou partenaires, qui travaillent en collaboration avec les pouvoirs publics. 

De nombreux adhérents de la FAS, en effet, mettent en œuvre des politiques publiques sans distinction de nationalité, avec des financements de l’État. Ils craignent désormais la détérioration des conditions d’intervention des associations et l’accès aux droits pour les personnes étrangères et celles en situation de pauvreté.

201 personnalités appellent à manifester dimanche 21 janvier

Enfin, L’Appel des 201, signé de deux-cent-une personnalités dans Mediapart (lire ici), dont l’ancien Défenseur des droits Jacques Toubon et le président du Conseil économique social et environnemental (CESE) Thierry Beaudet, appelle à une marche nationale dimanche prochain 21 janvier. Cet appel rassemble une diversité inédite de signataires, comprenant des intellectuels, universitaires, scientifiques, artistes, syndicalistes, religieux, associatifs et politiques. Les dirigeants des principales organisations syndicales et des associations de lutte contre la pauvreté ont également signé cet appel. 

Tous s’unissent pour exprimer leur inquiétude au regard de la loi “asile-immigration”, considérant qu’elle va à l’encontre des principes fondamentaux de solidarité, de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont au cœur de la République française. Les signataires de l’Appel des 201 dénoncent en particulier la rédaction de la loi sous l’influence des partisans de la “préférence nationale”. Ils estiment que cette législation remet en question les piliers du pacte républicain, menaçant ainsi les droits fondamentaux de tous les citoyens, qu’ils soient Français ou étrangers.

Face à cette mobilisation massive , le gouvernement de Gabriel Attal se trouve confronté à un défi important. La marche du 21 janvier s’annonce comme un moment clé où la population exprimera sa volonté de défendre les valeurs républicaines face à une loi voulue par le ministre de l’Intérieur et déjà très controversée.


Vous aimez Mediatico ?
Soutenez-nous, faites un don !