3 questions à Marianne Eshet, déléguée générale de la Fondation SNCF

Craignez-vous les intentions du gouvernement sur la fiscalité du mécénat ?En 2003, le gouvernement a porté la loi Aillagon, que l’Europe et le monde nous envient. Un formidable coup de projecteur pour le mécénat. Mais le mécénat d’entreprise n’est pas une niche fiscale : il est utile, salutaire, indispensable. C’est un investissement. Lorsque nous aidons des publics fragiles, ce sont autant de coûts humains qui ne pèsent pas sur la société. Le but n’est pas de faire du mécénat pour son avantage fiscal, même si ce point encourage certaines entreprises. Le Groupe SNCF, lui, ne défiscalise ni la dotation de la Fondation, ni le méc . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !