Entry Cover Image
Partagez cet article

Budget, fiscalité, emploi des jeunes… Durant le Mois de l’ESS, l’économie sociale et solidaire est au coeur de l’actualité. Et les revendications vont bon train, portées par le tempo politique ! Hugues Vidor, président de l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) est donc venu répondre à nos questions, dans l’émission “Ess News, Le Live”, qui traite l’actualité chaude au travers de l’économie sociale et solidaire.

Alors qu’il se trouvait aux côtés de la ministre Olivia Grégoire lorsqu’elle a annoncé sa feuille de route la semaine dernière (lire notre édito), Hugues Vidor a notamment réagi aux annonces les plus fortes de la ministre : soutien au développement de l’ESS dans la ruralité, éventuelle création d’une « filière ESS » reconnue par l’Etat, ou encore nomination de Maxime Baduel comme délégué ministériel à l’ESS. Ce dernier, issu de l’association Solidarités Nouvelles pour le Logement (SNL) connaît déjà bien le secteur de l’économie sociale et solidaire.

Hugues Vidor est aussi revenu sur le budget 2024, adopté sans vote la semaine dernière au terme d’un seizième 49.3, et sur les amendements qu’avait portés l’UDES. A commencer par celui demandant une diminution de la taxe sur les salaires dans les entreprises de l’ESS, qui ne bénéficient pas de la réduction de l’impôt sur les sociétés contrairement aux autres entreprises privées. Sur le sujet, Hugues Vidor explique que le 49.3 a fermé toute possibilité de faire adopter cet amendement, mais que d’autres fenêtres de tir politiques se profilent pour parvenir à ses fins.

Le président de l’UDES est aussi venu clarifier le positionnement de son syndicat d’employeurs de l’ESS, face au Mouvement Impact France qui se présente comme « le Medef du 21e siècle », ainsi que face au nouveau Mouvement des entreprises écologiques, sociales et solidaires (Mouvess) né cet été. Hugues Vidor a par exemple rappelé le long combat de l’UDES pour ouvrir le dispositif de l’intéressement aux entreprises de l’ESS. Cette possibilité a finalement été acceptée en début d’année par le gouvernement, permettant désormais aux employeurs d’augmenter, lorsqu’ils le peuvent, la rémunération indirecte de leurs salariés.

Enfin, Hugues Vidor a rappelé que 100.000 emplois étaient à pourvoir dans le secteur de l’ESS, dont 50.000 dans la seule filière sanitaire et sociale.

Retrouvez l’interview vidéo intégrale de Hugues Vidor dans notre émission « ESS News, Le Live ».


Vous aimez cet article ?

Soutenez Mediatico, faites un don !