Entry Cover Image
Partagez cet article

Erasmus Plus, kesako ? C’est le programme le plus concret et le plus emblématique de l’Europe pour ses concitoyens, affirme en substance Nelly Fesseau, directrice de l’Agence Erasmus+ (prononcez « Erasmus Plus »), invitée sur le plateau de Mediatico pour la 50e édition de « ESS On Air », l’émission de Mediatico qui regarde l’actualité au travers de l’économie sociale et solidaire.

Avec tout de suite cette mise en garde : Erasmus, incarné par le film L’Auberge Espagnole de Cédric Klapisch diffusé dans les salles voilà déjà plus de vingt ans, a bien changé ! D’où le petit « Plus » dans Erasmus+, qui va désormais bien au-delà du programme d’échange étudiant à travers l’Europe. 

Les champs d’action : Éducation, formation, jeunesse, sport

Certes, soutient Nelly Fesseau, l’ambition d’Erasmus de « faire des citoyens européens » est toujours d’actualité. Les jeunes citoyens doivent pouvoir connaître leurs voisins en voyageant, en échangeant, en se rencontrant dans 33 pays européens. Mais aujourd’hui, Erasmus+ touche non seulement l’enseignement supérieur, mais aussi le secteur scolaire, la formation professionnelle et l’éducation des adultes. Au total, 140.000 Français par an bénéficient du programme Erasmus Plus !

L’économie sociale et solidaire bénéficie de cette dynamique, puisque deux agences en France (il en existe d’autres en Europe) se concentrent en effet d’une part sur le champ de l’Éducation Formation – c’est l’agence de Nelly Fesseau – et d’autre part sur le champ Jeunesse et sport. Au travers des programmes d’échanges, mais aussi de formations croisées ou de visites apprenantes, se font les échanges d’expériences d’un pays à l’autre, qui permettent aux associations, aux acteurs de l’ESS et aux collectivités invitées de capitaliser sur des moments de partage d’expérience transfrontières.

ESS France ou l’association Halage financés par Erasmus+

En outre, des programmes de financement spécifiques sont mobilisés pour financer des projets de développement propres. Ainsi, la chambre de représentation nationale ESS France bénéficie-t-elle d’un financement Erasmus+ pour son programme qui vise à favoriser l’accès des femmes aux postes de direction au sein des fédérations de l’économie sociale et solidaire, souligne Nelly Fesseau.

De même, l’association Halage porte un projet financé par Erasmus+ qui vise à développer de nouveaux métiers dans le champ de l’agriculture et de l’écologie pour des publics urbains en situation d’exclusion. A ce titre, il est intéressant pour Halage de rencontrer des homologues européens pour observer des initiatives similaires ailleurs, ou proposer leur savoir-faire en la matière dans d’autres pays européens.

Au total, Erasmus+ est doté d’un budget de 350 millions d’euros par an, soit environ deux fois plus qu’il y a dix ans, et ses crédits d’intervention s’établissent à 2,2 milliards d’euros pour la période 2021-2027 afin de financer notamment des voyages ou des bourses d’étude.

Vous aimez Mediatico ?
Soutenez notre média indépendant, faites un don !