Entry Cover Image
Partagez cet article

ESS NEWS le Live : Entretien avec Marie Leclerc-Bruant, responsable du marché de l’économie sociale et solidaire chez Caisse d’Épargne

Le chiffre est colossal et ne passe pas inaperçu : un milliard d’euros. C’est l’engagement significatif pris par la Caisse d’Épargne pour accompagner ses 20.000 clients de l’économie sociale et solidaire sur l’ensemble du territoire français, est venue nous expliquer Marie Leclerc-Bruant, responsable du marché de l’économie sociale et solidaire chez Caisse d’Épargne, dans cette interview exclusive accordée à Mediatico en clôture du Mois de l’économie sociale et solidaire et de la Semaine de la finance solidaire.

L’objectif du groupe Caisse d’Epargne est clair : répondre aux besoins quotidiens, soutenir la mise en œuvre des projets et accompagner la croissance des acteurs de l’ESS. Ce milliard d’euros se matérialisera principalement sous la forme de crédits et de prêts à moyen et long terme, précise Marie Leclerc-Bruant. Les secteurs emblématiques comme le médico-social et la santé, qui ont des enjeux immobiliers et d’équipement importants, seront au cœur du dispositif. Mais l’éducation, la formation, l’insertion par l’activité économique, et les start-ups sociales ne seront pas en reste.

Face à la crise, des outils de financement adaptés aux associations

À la question de savoir si cet engagement relève de la philanthropie, de subventions ou d’investissements, Marie Leclerc-Bruant précise que l’accent sera mis sur les prêts à moyen et long terme. Il s’agit, selon elle, de répondre aux besoins financiers spécifiques de chaque acteur de l’ESS, en tenant compte de la diversité de leurs projets. A cet égard, elle évoque notamment certains outils de financement spécifiques aux associations, tels que les titres associatifs.

Interrogée sur le périmètre de l’ESS visé par cet investissement massif, Marie Leclerc-Bruant souligne que la Caisse d’Épargne se conforme à la définition de l’ESS selon la loi de 2014. Ainsi, associations, fondations, mutuelles, coopératives, et entreprises sociales sont incluses. L’objectif est d’accompagner une clientèle variée en respectant les spécificités de chaque secteur.

Les banquiers étant souvent les mieux placés pour observer l’état de santé des acteurs économiques, Marie Leclerc-Bruant souligne aussi la résilience des associations employeuses, en dépit des nouveaux défis apparus depuis la crise du COVID-19, ou depuis l’envolée des coûts énergétiques et l’augmentation des salaires. Avec la mobilisation des Prêts Garantis par l’État (PGE), les Caisses d’épargne ont décaissé environ 430 millions d’euros entre 2020 et 2023, précise-t-elle, et le taux de défaut sur ces remboursements ne semble pas, pour l’instant, être un sujet d’inquiétude outre mesure.

Caisse d’Épargne : Une banque engagée depuis 200 ans

Avec cet investissement d’un milliard d’euros, la Caisse d’Épargne démontre donc une nouvelle fois son engagement fort en faveur du soutien et du développement de l’économie sociale et solidaire. Au-delà des chiffres, c’est une stratégie globale et une compréhension fine des besoins spécifiques de chaque acteur de l’ESS qui caractérisent cette initiative. 

Rappelant l’engagement historique de la Caisse d’Épargne en tant qu’institution philanthropique, créée il y a deux siècles pour lutter contre la pauvreté, Marie Leclerc-Bruant souligne la continuité de cet engagement à travers des initiatives telles que la pédagogie financière et le micro-crédit, tout s’affirmant à la pointe des enjeux de la transition écologique.


Vous aimez Mediatico ?
Faites un don