En imposant une baisse de 30% de la consommation d’énergies fossiles d’ici à 2030, la loi de transition énergétique menace les producteurs d’énergies fossiles, et donc l’emploi. C’est sur ce registre qu’est intervenu Joël Pédessac, le directeur général du comité français du butane-propane (CFBP), lors des dernières rencontres parlementaires sur l’énergie, filmées par Mediatico.

 

Rappelant que le GPL est utilisé aujourd’hui par 10 millions de Français, pour une puissance de 60 GW à l’année soit autant que la moitié de la puissance électrique installée sur le territoire, Joël Pédessac rappelle dans cette vidéo l’avantage du GPL : la capacité de le stocker.

 

Surtout, il souligne l’impact sur sa filière industrielle des obligations de la loi de transition énergétique, précisant que d’ici 15 ans – presque demain à l’échelle d’une stratégie industrielle – l’un des 5 acteurs du GPL* en France devra fermer ses portes, de même probablement qu’un certain nombre de stations-services qui distribuent aujourd’hui du GPL. Une loi de transition énergétique destructrice d’emplois dans certains secteurs, en somme, alors qu’elle en crée d’autres dans des secteurs plus innovants de l’économie.

 

* Les cinq acteurs du GPL en France : Antargaz, Butagaz, Finagaz, Primagaz, Vitogaz.

 

Pour aller plus loin :