Le 21ème siècle nous prend de court sur l’économie, la technologie, les enjeux sociétaux… Tous les schémas traditionnels sont obsolètes, les nouveaux paramètres à prendre en compte sont la rareté des ressources et la vulnérabilité de nos systèmes, affirme Nicolas Hulot, président fondateur de la Fondation pour la Nature et l’Homme, devant 600 jeunes réunis au Palais Brongniart, à Paris. Et d’ajouter : « L’enjeu climatique n’est pas un optionnel, le climat est un enjeu conditionnel : il conditionne tout ce à quoi nous tenons », tout ce sur quoi la jeunesse construit son avenir.

 

 

S’exprimant lors de la soirée Youth We Can, organisée dans le cadre du forum Convergences à Paris, Nicolas Hulot s’est efforcé de sensibiliser la jeunesse à la conférence de l’ONU sur le climat, la COP 21, qui se déroulera fin 2015 à Paris : « Le risque, c’est de basculer du climato-scepticisme, trop longtemps mis en avant, à un climato-fatalisme » qui n’inciterait pas davantage à la mobilisation. La planète est-elle perdue d’avance ? Assurément, non. Pour affronter l’enjeu climatique, « nous avons besoin des jeunes, de leur imagination, de leur inventivité, de leur énergie, de leur mobilisation », affirme Nicolas Hulot. Et de conclure : « On a vraiment besoin d’oser l’utopie ».
Pour aller plus loin :

– En savoir plus sur la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme

– En savoir plus sur la COP 21, qui se réunira à Paris fin 2015

– D’autres vidéos de MEDIATICO sur la croissance verte