Entry Cover Image
Partagez cet article

Engagée pour l’égalité des chances, l’association Amasco va doubler ses effectifs et fait entrerArnaud Langlois-Meurinne (Coup de Pouce) et Olivier Thomassin (L’Ecole à l’hôpital) dans son conseil d’administration.

La rentrée marque le début d’un changement d’échelle pour les Ateliers Amasco ! Malgré la crise sanitaire, cette association pour l’égalité des chances que Mediatico a déjà suivie lors d’un reportage vidéo (voir ici), continue son développement dans les régions Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Grand Est. « Notre objectif est de continuer à toucher le plus d’enfants possibles dans ces régions, pour ensuite passer à l’échelle nationale », indique le fondateur Michel Wendling.

Depuis 2018, l’association propose des ateliers ludo-éducatifs pendant les vacances. Chaque année, elle accueille plus de 1.000 enfants, dont les deux-tiers sont issus de milieux populaires. « L’accompagnement est très personnalisé, avec un adulte pour cinq enfants, ce qui nous permet d’être réellement présents auprès des enfants qui ont des fragilités scolaires, mais aussi de ceux en situation de handicap », explique le fondateur.

Un changement d’échelle à l’heure de la crise

« Notre équipe pédagogique est composée de plus de 200 personnes et nous avons pour objectif de doubler nos effectifs », poursuit Michel Wendling. Pour réaliser ce changement d’échelle, l’association bénéficie du soutien de l’incubateur Antropia de l’ESSEC et renforce sa gouvernance : Arnaud Langlois-Meurinne, précédemment président de l’association Coup de Pouce, devient président des Ateliers Amasco. Tandis qu’Olivier Thomassin, par ailleurs vice-président de L’Ecole à l’hôpital, rejoint le conseil d’administration.

La crise sanitaire et les confinements ont eu pour effet d’accentuer les inégalités scolaires et les besoins sociaux. Toutefois, les Ateliers Amasco ont su rebondir, en créant notamment des ateliers en ligne, pour continuer d’accompagner les enfants pendant le confinement. « La crise a eu un effet de frein, puisque nous avons dû annuler certaines activités, mais aussi d’accélérateur, souligne Michel Wendling, mais il y a eu beaucoup d’intérêt des pouvoirs publics pour les vacances apprenantes et nous avons su nous insérer dans le dispositif ».


Les ateliers Amasco se financent à 50% grâce aux contributions des parents (suivant le quotient familial), et à 50% grâce aux dons ! Pour participer au projet : rendez-vous sur HelloAsso.