"Cela a été terrible", confie d'entrée de jeu Arnaud Fimat. Avec le confinement intervenu mi-mars, la jauge autorisée pour les regroupements collectifs est tombée en un éclair à vingt personnes, puis à dix. Très vite, les coups de téléphone ont fusé pour reporter, puis pour annuler ces séminaires d'entreprises un peu spéciaux, dont beaucoup sont programmés avant l'été. Une catastrophe économique : 40% du chiffre d'affaires de la coopérative Ca Me Regarde, estimé à 500.000 euros par an, vient de partir en fumée.

Ca Me Regarde s'est fait une spécialité des "séminaires solidaires". Fondée en 2009 par Ségolène Delahalle et Arnaud Fimat, constituée aujourd'hui de 10 collaborateurs, cette coopérative embarque les salariés de grandes entreprises dans des associations . . .

Pour profiter pleinement de l'ensemble de nos contenus, abonnez-vous.
Vous intégrerez une communauté qui redonne du sens à l'économie et vous aiderez Mediatico à assurer son indépendance éditoriale. Merci !