À l’heure où le GIEC alerte sur le réchauffement climatique, rediriger les flux de capitaux vers la transition écologique et énergétique est primordial pour atteindre la neutralité carbone. Pour relever ce défi, Paris Europlace, qui gère notamment la Bourse de Paris, a créé Finance for Tomorrow pour faire de la finance verte et durable un levier de transformation de la place financière de Paris, en vue de la positionner comme centre de référence sur ces enjeux.

Ainsi, depuis 2017, Finance for Tomorrow rassemble tout l’écosystème de la finance durable à Paris. Ce réseau d’acteurs se compose à la fois de financiers, de pouvoirs publics, d’ONG, de cabinets de publics et d’entreprises privées engagées dans la transition écologique. « Notre objectif est de transformer les pratiques. La gamme de nos acteurs n’est pas forcément totalement verte et durable, mais ils se sont tous engagés, dans une charte, à réallouer leurs actifs vers la transformation verte et durable », précise Pauline Becquey, directrice générale, dans cette interview à Mediatico sur le dernier salon 3Zéro organisé par l’association Convergences.

« La mobilisation pour la COP 26 va être un enjeu clé »

En rassemblant les acteurs de la Place de Paris autour d’une vision commune sur la finance à impact, Finance for Tomorrow contribue au rayonnement européen et international de Paris comme place financière verte. « Nous avons aussi un enjeu de transparence. C’est pourquoi l’Observatoire de la finance durable donne des indicateurs sur la transformation des pratiques des acteurs financiers et leur impact sur l’économie réelle », ajoute Pauline Becquey.

Selon elle, « la mobilisation pour la COP 26 va être un enjeu clé. Nous cherchons vraiment à rassembler les acteurs autour de ces initiatives net zéro », insiste la directrice. Pauline Becquey compte tirer profit de cette COP 26 pour engager les acteurs financiers sur le chemin de la neutralité carbone. « Nous attendons de la transparence des acteurs financiers, pour que leurs engagements se traduisent par des actions et une réalité concrètes », confie-t-elle.

Partagez cet article