Partagez cet article

Bordeaux, Lille, Valence, Paris… C’est un petit laboratoire du déconfinement que nous fait vivre l’agence « Relations d’Utilité Publique » (RUP) au travers du témoignage de Vincent David, son fondateur. Créée en 2006, cette agence de communication et d’influence sur les enjeux sociétaux n’a pas découvert le télétravail en mars dernier, loin de là.

La pratique du travail à distance y est habituelle pour ses douze collaborateurs depuis plusieurs années et s’accompagne d’une réunion en visioconférence chaque semaine, ainsi que d’une réunion physique par mois à Paris. Ah, l’heureux temps des retrouvailles…

Un fonctionnement sans hiérarchie, au sein d’une coopérative d’activité et d’emploi

« La période du confinement a d’autant moins handicapé notre relation de travail que nous fonctionnons sous forme coopérative, sans hiérarchie et sans enjeux de management« , explique Vincent David. Les collaborateurs ne sont en effet pas salariés de RUP, mais d’une structure nommée Coopaname qui leur apporte protection sociale, mutualisation de trésorerie et autres contreparties qui font la spécificité des coopératives d’activité et d’emploi.

Pour ce qui est de l’activité commerciale, c’est un peu différent. L’agence Relations d’Utilité Publique réalise près de 30% de son chiffre d’affaires autour d’activités évènementielles, qui ont été reportées. Le mois d’avril a donc été très calme. La dynamique a gentiment repris en mai, puis l’activité a vraiment redémarré en juin. Pas si mal, quand d’autres entreprises de l’économie sociale et solidaire du même secteur ont subi un arrêt quasi total de leur activité durant trois mois.

Les mots « Demain », « Local », « Solidaire » dans tous les messages publicitaires

Le champ de la communication est très intéressant à observer à l’heure du Covid-19. Les annonceurs publicitaires ont tous adapté leurs messages pour être davantage dans l’air du temps. Certains, hélas, grossissent le trait sans chercher de cohérence avec les attentes du public. Les mots « Demain », « Local », « Solidaire », « Ensemble » ou « Première ligne » ont surgi dans tous les messages publicitaires, y compris pour vendre des voitures, de la malbouffe ou des nuits d’hôtels.

« Nous sommes tous choqués par le Covid-washing ou le déconfinement-washing« , affirme Vincent David. A fortiori quand certains messages ne visent qu’à communiquer sur des pratiques courantes. Qui s’est réellement laissé convaincre qu’aller au restaurant en bas de chez soi relevait d’un acte de solidarité altruiste ?

« Chez Relations d’Utilité Publique, nous prônons une communication de la vérité et de la sincérité, qui emmène les entreprises et les consommateurs vers des pratiques vertueuses ou vers des changements positifs« , poursuit Vincent David. Une ligne de conduite poursuivie chez RUP depuis déjà 14 ans, que la newsletter de l’agence incarne particulièrement bien. Adressée à 5.000 acteurs de l’économie sociale et solidaire ou du développement durable, elle recensait dernièrement nombre d’initiatives positives nous engageant à nous projeter ensemble vers le monde d’après.


Partagez cet article