Partagez cet article

Clic, Zzzz, ding dong, dit la publicité… Avec l’explosion du e-commerce et des commandes en ligne, les expéditions de colis atteignent des niveaux record en France : 1 milliard d’expéditions l’an dernier, soit 13% de progression durant l’année du Covid, indique la Fevad. Et au bout du compte, 137.000 tonnes d’emballages qui terminent à la poubelle, poursuit l’Ademe. Or, seuls 64% des emballages carton et 28% des emballages plastiques sont véritablement aptes à être recyclés, assure pour sa part Citeo. A l’heure de la Cop 26, voilà qui interpelle !

Principal transporteur de ces colis, La Poste a décidé d’innover pour parvenir à réduire ses émissions de CO2 de 30% d’ici à 2025. Mais pas seule : “La Poste souhaite faire émerger et accélérer de nouvelles solutions, en partenariat avec nos clients e-commerçants, les producteurs de matières, les experts de l’impact environnemental et, in fine, les consommateurs citoyens”, assure ainsi Philippe Dorge, directeur général adjoint du Groupe La Poste en charge de la branche Services-Courrier-Colis. Dans cette interview vidéo à Mediatico, celui-ci présentait d’ailleurs la semaine dernière trois nouvelles solutions en cours de déploiement à l’échelle nationale :

Colis souple, retour à vide et pédagogie grand public

D’abord, un partenariat avec la start-up Hipli, qui vient d’inventer un colis souple et réutilisable : vous ne trouverez pas cette solution dans vos bureaux de poste, mais tous les e-commerçants sont invités à l’utiliser lorsqu’ils expédient leurs marchandises. Colissimo, avec 471 millions de colis livrés l’an dernier, devient d’ailleurs l’ambassadeur de cette innovation.

Ensuite, la création d’une filière qui organise les “retours à vide” à grande échelle pour les fabricants d’emballages. La solution Hipli l’intègre donc déjà le colis souple est en effet déjà pré-affranchi, en vue d’un “retour à l’envoyeur” qui lui permettra d’être réutilisé plus d’une dizaine de fois. Une solution véritablement écologique.

Enfin, la sensibilisation du grand public, qui pousse la réflexion jusqu’à la pochette Colissimo. Déjà éco-conçue, celle-ci comportera désormais deux bandes auto-collantes, au lieu d’une seule jusqu’ici : la seconde bande est évidemment prévue… pour le second envoi. Chacun doit donc intégrer désormais que la pochette Colissimo dispose d’une seconde vie et ne doit pas finir tout de suite à la poubelle.

Objectif du Groupe La Poste : diminuer les émissions de CO2 liées au transport de colis en réduisant non pas le nombre de colis transportés, mais en optimisant la chaîne logistique, en diminuant la part de vide au sein des colis eux-mêmes, et en limitant drastiquement l’impact de la fin de vie des emballages.


Partagez cet article