Ouf, nous avons eu chaud ! En pleine vague de chaleur, particulièrement précoce cette année, nous sommes passés à deux doigts du grand téléscopage de deux dates symboliques pour les hérauts du climat. Vendredi 22 avril, nous célébrions en effet le « Jour de la Terre », institué par l’ONU pour appeler depuis 1971 tout un chacun à agir pour préserver l’environnement. Deux semaines plus tard, jeudi 5 mai, nous déplorions l’arrivée du « Jour du Dépassement » de la France, ce jour qui marque la date à laquelle nous aurions consommé plus de ressources biologiques que la planète ne peut en régénérer en une année si toute l’humanité consommait comme les Français. Ce jour était également arrivé un 5 mai en 2018. Et un 3 mai en 2017.

Le Jour du Dépassement pour la Suisse, lui, tombera le 13 mai. Celui de l’humanité tout entière ne saurait tarder : en 2021, il était survenu un 29 juillet, comme en 2019. Et précédemment, le 1er août 2018, le 2 août 2017, le 3 août 2016, le 20 août 2013, le 27 septembre 2011, le 20 octobre 2005, le 1er novembre 2000, le 31 décembre 1986… Chaque année ou presque, la date du dépassement avance, inexorablement, selon le WWF et le Global Footprint Network. Qu’en dire ? Qu’en faire, à part s’angoisser ? En 2018 déjà, Mediatico qualifiait cette date de non-sens. Car à dire vrai, après le Jour du Dépassement, ne survient jamais nulle Apocalypse. Alors quoi ? Rappelons-nous d’abord que le seul remède à l’angoisse, c’est l’action. A commencer par l’action politique, qui manque si cruellement.

Ainsi donc, à quelques jours de la formation d’un nouveau gouvernement pour la France et des élections législatives par lesquelles nous enverrons de nouveaux députés forger nos lois, il est heureux de découvrir cette tribune dans le JDD, signée d’une vingtaine de personnalités. Le réalisateur Cyril Dion, le psychologue Boris Cyrulnik, l’activiste du climat Camille Étienne, la sociologue Dominique Meda, l’ingénieur Jean-Marc Jancovici… appellent Emmanuel Macron et toute l’équipe gouvernementale à suivre « une formation exigeante, en 20 heures, en présence, sans délégation (…) abordant la question climatique sous tous ses angles, ne se limitant pas aux enjeux énergétiques (…) car la formation est le préalable de l’action. La formation est l’essence de la transformation. Savoir, c’est pouvoir ». L’espoir est là ! Lors de la Convention Citoyenne pour le Climat, les 150 Français tirés au sort avaient suivi le même type de formation et s’étaient accordés sur des mesures écologiques particulièrement ambitieuses.

Alors, à l’heure de l’érosion côtière dans 126 communes du littoral français du fait de la montée des eaux et de la pression humaine, à l’heure où se tient jusqu’au 20 mai à Abidjan la « COP15 Désertification » qui tentera de répondre à la sécheresse dans la corne de l’Afrique et à l’envolée des prix alimentaires mondiaux, à l’heure où Elon Musk vante les mérites écologiques de sa voiture électrique Tesla mais s’offre un vol de 9 minutes en jet privé pour 83 km de distance et projette l’avenir de l’humanité sur Mars, à l’heure enfin où la start-up américaine Colossal lève 15 millions de dollars pour manipuler les gènes d’éléphant et “ressusciter” les mammouths afin d’empêcher prétendument la fonte du permafrost, un peu de formation, sans nul doute, ferait du bien.

En attendant, il reste la mobilisation citoyenne. Nos amis de Rift nous engagent à lutter contre TotalEnergies et sa nouvelle bombe climatique. Le groupe pétrolier français porte en effet le projet EACOP (East African Crude Oil Pipeline), qui consiste en la construction d’un oléoduc chauffé de près de 1.500 km entre l’Ouganda et Tanzanie, afin de relier le deuxième plus grand port tanzanien au futur site d’extraction Tilenga, également en projet, représentant 400 puits de pétrole. Dont une centaine seront forés dans le plus grand et le plus vieux parc naturel d’Afrique ! « Votre épargne finance-t-elle les activités de Total ? », demande Rift, l’application pour smartphone créée par Lita.co, qui permet de tracer l’empreinte écologique de nos placements financiers. Pour le savoir, téléchargez Rift. Et interpelez votre banquier !


Recevez chaque semaine l’édito de Mediatico par e-mail

Inscrivez-vous à notre newsletter, c'est gratuit ! Chaque semaine, une thématique, un édito et des vidéos qui redonnent du sens à l'économie.

Partagez cet article