Rendre nos vieux papiers compétitifs, une drôle d’idée ? Géraldine Poivert, directrice générale de Ecofolio, en a fait son cheval de bataille : « Avec les vieux papiers, on peut faire des matériels d’isolation, des couches culottes, de la chimie verte… et bien sûr refaire du papier.

 

Organisons la collecte de nos déchets, pour qu’ils créent de la valeur et que nos vieux papiers soient compétitifs », plaide-t-elle avec force dans cette vidéo. Intervenant lors des Rencontres parlementaires sur l’économie circulaire couvertes par la rédaction de Mediatico, Géraldine Poivert souligne que l’économie circulaire n’est pas forcément un coût : « il y a des déchets qui rapportent », assure-t-elle en connaissance de cause. La société Ecofolio qu’elle dirige est en effet un éco-organisme, spécialisé dans la collecte et le recyclage de papiers usagés.

 



Nous sommes toutefois à un carrefour de l’histoire des déchets, affirme Géraldine Poivert. Les opportunités existent, mais la collecte plafonne et la fiscalité est trop lourde. « L’éco-contribution sur une ramette de papier représente 7% du prix de vente, on atteint la zone rouge », regrette-t-elle, appelant l’Etat à encourager l’économie circulaire au lieu de l’étouffer. Quant à l’augmentation nécessaire des volumes de collecte, elle estime indispensable de sensibiliser davantage les citoyens par un effort de communication sur les valeurs portées par les éco-organismes. Car outre la préservation de la planète, « l’économie circulaire est aussi porteuse d’emploi, de croissance et de reterritorialisation de l’industrie en France ».

 

Pour aller plus loin :