Partagez cet article

En 2015, Baptiste Lafon et Charlotte Naymark se sont lancés à Bordeaux dans un projet original. Tous deux comédiens, ils se rendent compte que les mécanismes d’improvisation théâtrale peuvent être utilisés pour la formation professionnelle. Ils décident de fonder Décalez!, un organisme qui utilise les leviers de l’improvisation pour améliorer les savoir-être en entreprise.

« En improvisation, les acteurs doivent compter les uns sur les autres pour faire histoire, car ils ne savent pas ce qu’ils vont faire à l’avance. Ce type de mécanisme est très intéressant pour la communication et la coopération des équipes », explique Vincent Lhulliez, responsable marketing chez Décalez!.

Au départ, l’entreprise formait exclusivement à la prise de parole en public. Jusqu’au moment où ses clients l’informent que ces formations ont un impact positif sur la cohésion d’équipe et la collaboration entre les membres. « C’est à cela que sert l’improvisation, nous avons donc développé cette dimension », poursuit-il.

Plus de 150 clients formés

Décalez! s’adresse majoritairement aux entreprises, mais forme aussi des particuliers. « Parmi nos clients, nous pouvons retrouver des grandes entreprises ou des grandes collectivités. Nous avons travaillé avec l’université de Bordeaux, avec Action Logement, ou encore avec la MGEN. Nous travaillons également avec des plus petites entreprises ou des associations, notamment avec ATIS qui incube des entrepreneurs sociaux en Nouvelle-Aquitaine », éclaire Vincent Lhulliez. À ce jour, l’organisme compte plus de 150 clients.

Et ce n’est pas un hasard si Décalez! a élu domicile à La Ruche de Bordeaux, un espace de coworking qui valorise l’innovation sociale. L’entreprise a en effet choisi ce lieu engagé parce qu’elle a rapidement décidé de se tourner vers des entreprises qui respectent des valeurs de partage et d’égalité. « Les valeurs de la Ruche matchent complètement avec les nôtres, conclut-il, mais La Ruche Bordeaux nous permet surtout d’être présent auprès des entrepreneurs sociaux et de grandir ensemble ».


Partagez cet article